logo du Train des mots

Mieux lire pour avancer dans la vie

témoignages

L'ANALPHABÉTISME EN 2014

Carte de voeux et cadeau d'anniversaire

Pouvoir exprimer ses sentiments par écrit, quelle récompense pour mes efforts !

Signalisation routière sur l'autoroute

Comprendre les panneaux routiers ou les mises en garde sur des produits, c’est aussi se protéger.

Horloge publique

Être analphabète, c’est dépendre de quelqu’un d’autre pour organiser sa journée. Savoir lire l’heure ne va pas toujours de soi.

Ce que c'est

Définitions

ANALPHABÈTE COMPLET : une personne incapable de lire et d’écrire, en le comprenant, un texte bref, simple, se rapportant à sa vie quotidienne.
(Correspond à moins de 4 ans de scolarité.)

ANALPHABÈTE FONCTIONNEL : une personne dont la faiblesse en lecture hypothèque sa capacité à jouer son rôle de parent, de citoyen et de travailleur dans la société d’aujourd’hui.
(Correspond à moins de 9 ans de scolarité.)





Les statistiques québécoises

Environ 10 % des Québécois de 16 à 65 ans sont analphabètes complets et au moins 20 %, analphabètes fonctionnels.

Un travailleur sur trois éprouve des difficultés de lecture.

Un sur deux a du mal à comprendre un article d’opinion.

Ces statistiques se conçoivent mieux quand on sait les facteurs, nombreux, qui contribuent à l’analphabétisme : faible scolarisation des parents, mauvaise santé, pauvreté, échecs scolaires, troubles d’apprentissage.

Effets sur la santé

La maîtrise de la lecture est au cœur de tout. Une personne plus instruite prend un meilleur soin de sa santé.



Maryse Perreault, anc. PDG de la Fondation pour l’alphabétisation.

Les personnes analphabètes sont plus souvent malades que les autres, ne comprennent pas les posologies de médicaments, ne s’informent pas sur Internet.

Question : comment le gouvernement peut-il faire de la prévention utile auprès de citoyens qui ne savent pas lire ?

Effets sur l'emploi

Ce n’est pas que les gens soient plus analphabètes qu’avant ! Le problème, c’est que les exigences ne cessent de croître dans le monde du travail.



Paul Bélanger, anc. président du Conseil international de l’éducation des adultes.

Conduire un camion est devenu un métier trop complexe pour un analphabète puisqu’il doit remplir des bordereaux de distribution. Faire des livraisons aussi, car il doit utiliser un terminal.

Par crainte de perdre leur emploi, beaucoup de travailleurs ont peur d’avouer qu’ils savent à peine lire.

Des solutions

Les centres d’éducation des adultes des commissions scolaires jouent un rôle déterminant dans la lutte contre l’analphabétisme.

De même les organismes d’alphabétisation populaire, comme le Train des mots.

Mais il faut élargir nos actions, engager les milieux de la santé, du travail, de l’environnement, etc. pour étayer les efforts du ministère de l’Éducation ; inciter plus d’entreprises à prendre en main la formation de base de leurs employés, etc.

Liens d'intérêt

Enquête internationale sur l’alphabétisation et les compétences des adultes, faits saillants pour le Québec

www.stat.gouv.qc.ca/publications/ sante/pdf2005/fs_Eiaca2003.pd

Collège Frontière (100 ans d’expérience)

www.frontiercollege.ca/organisme_ alphabetisation.html

Bureau de l’alphabétisation et des compétences essentielles (gouv. fédéral)

www.edsc.gc.ca/fra/emplois/ace/

Situation de l’alphabétisation au Québec

http://archivesalpha.cdeacf.ca/a_propos/situation.php